Quand évaluer les risques de dégradation des peintures ?

Quand évaluer les risques

Actuellement, les moyens scientifiques d’évaluer l’impact du climat sur la dégradation des peintures sont limités. Les recommandations officielles émanant d’institutions internationales ICOM, ICROM, IIC, ICC, nous donnent des consignes qui devraient être appliquées. Sont-elles respectées pendant les transports et les prêts ? Les salles d’exposition répondent-elles toutes à ces recommandations climatiques ? Ces recommandations conviennent-elles à toutes les techniques picturales présentes dans une collection ou une exposition ? En considérant ces différentes situations, n’est-ce pas le moment de prendre en compte l’évaluation des risques ?

Pour toutes ces raisons, il est nécessaire d’avoir accès aux données climatiques de l’environnement de l’œuvre. Il existe plusieurs solutions. L’installation au revers d’un tableau d’un mini-enregistreur d’humidité et de température permet d’avoir en toutes circonstances les données climatiques. Fixer, à proximité de l’œuvre, un enregistreur d’humidité et de température est également une solution fiable.

C’est en partant de ces données climatiques que nous pouvons déterminer les risques de dégradation d’une œuvre en fonction de ses caractéristiques picturales.

Alain Roche